Articles

Etat des lieux

Image
10 novembre 2020 1 1h30, c’est l’heure de rendre compte de ma recherche sur mon projet de diplôme . Le projet rend compte de mon envie de prendre soin du paysage par ceux qui le façonnent et ceux qui le regardent. Il est 11h37 et on ne m’arrête plus dans mon discours. J’aimerais pouvoir continuer à maquetter, dessiner, tester et aller sur le terrain. Les échanges se font et j’envisage déjà de nouvelles choses ou des évolutions de mon projet.   Le récupérateur d’eau devient officiellement le premier micro-projet de mon écosystème. En plus de sa fonction de récupérer l’eau des nuages de brouillard il deviendrait un élément dans le paysage à voir , pour ceux qui marchent sur les sentiers. 

Rencontre avec Corinne Bloch

  30 novembre 2020 1 8h21, Corinne Bloch m’appelle comme prévu en visioconférence. Pendant plus d’une heure nous échangeons sur le paysage, sa ferme et celle de son compagnon, les changements climatiques, la disparition de la faune, les habitants, les fermes de la région, le rapport ville-campagne, et tout un tas de choses passionnantes qui me font passer un agréable moment . Quelques jours avant, nous avions déjà eu un échange téléphonique sur le thème des sentiers et des jardins avec des installations qui contribuent à la connexion de l’homme à la nature. La vie est bien faite et le hasard fait parfois bien les choses . J’ai commencé mon projet en me disant que je partirai à l’aventure avec l'envie de soigner le paysage sans trop prévoir l’avenir de mon projet. Et puis j’ai rencontré Corinne et le Club Vosgien qui sont arrivés au bon endroit au bon moment . Maintenant ces rencontres et ces découvertes sur le territoire orientent mon projet et je peux désormais affirmer que je

Regarder le paysage

Image
24 novembre 2020 L e regard.   Il y a 5 ans, quand j’ai commencé mes études de design, j’étais obsédée par le regard. Je me suis toujours dis que sans regard, l’homme perd une partie de son âme. Et son regard permet de faire exister le monde dans lequel il vit . Le regard créée des émotions au même titre le toucher ou l’odorat. Et le paysage existe, en parti grâce à notre regard.  J’ai constaté que les habitants des Vosges du Nord adorent randonner. Ils aiment marcher simplement pour apprécier la beauté des paysages. Chaque randonnée est unique et passer deux fois au même endroit ne procurera jamais les même émotions. Bien que la marche soit une passion et un moyen de maintenir une bonne forme, c’est aussi par amour de la nature et des paysages que les habitants parcourent leur territoire . Alors prendre soin du paysage ne passe-t-il pas dans un premier temps par une contemplation et une traversée ? Le paysage change, mais sommes-nous tous conscient de ce changement lors de nos bal

S’outiller pour partir à la rencontre des acteurs

Image
  17 novembre 2020 L e 1er novembre dernier à 22h, j’ai eu une idée . Et cette idée je l’ai toujours en tête. En dessinant mes micro-projets je comprends assez rapidement qu’ il me manque un outil pour aborder les acteurs du territoire . Parler d’un projet viendrait à fermer la discussion, voire contrarier certaines personnes sur cette idée. Alors je créée un Fast & Curious qui a pour thème le paysage. Le jeu est simple : il suffit de répondre le plus rapidement possible entre les deux choix proposés sur chaque carte . Ce choix me permet de comprendre ce que les personnes interrogées préfèrent dans le paysage. Cela me permet aussi d’approfondir en posant des questions plus précises lorsque j’aperçois des liens avec mon projet. Ce jeu me fait passer un agréable moment avec mon interlocuteur et brise la glace au début de la conversation . C’est avant tout un moyen d’avancer dans la recherche de mes micro-projets.

Et si on imaginait des micro projets ?

Image
3 novembre 2020 8 h24, je suis à mon poste . Je dégaine une feuille et un stylo et je commence à croquer, des idées plein la tête. A partir des données récoltées, des micro projets se dessinent. L’eau, les animaux, les plantes, les agriculteurs et les habitants de la communauté deviennent le point de départ de ces micro projets.   Ces éléments font partis du paysage et contribuent à l’équilibre de l’écosystème. Il est important pour moi de considérer tous ces éléments ensemble et tous ces projets se lient entre eux pour donner sens à mes intentions. L e récupérateur d’eau, l’hôtel pour abeilles solitaires et le totem aux bombes à graines finissent par m’intéresser plus précisément car ils s’inscrivent dans un parcours que les habitants pourraient suivre pour les rendre acteurs de leur territoire. Aujourd’hui les habitants des communes sont motivés pour réaliser des actions écologiques et en faveur de l’environnement. L’intention de ces trois projets sont de leur donner les outils po